portrait

Sénin,

Commencer une toile, sans savoir quel chemin mon instinct créatif, soumis au  hasard de mon avidité de couleurs et de mouvements, va emprunter. Se laisser mener par des émotions passagères, des tumultes intérieurs, des interrogations existentielles, « des zénitudes » éphémères  et se servir de la technique (sable, acrylique, pigments, pastels secs)  pour  une facture résolument contemporaine.

Analyser  ensuite le pourquoi de telle touche, le comment d’un tel effet, le rendu d’un  équilibre ou déséquilibre. Me positionner en spectateur, me surprendre  à identifier les coulisses de mes émois, en découvrir d’autres qui m’ont échappés mais qui me révèlent dans mon essence même.  Accepter l’œuvre telle que, parce que ce serait trahir ma spontanéité.